L’aventure de la brasserie du Pays flamand devrait se poursuivre à Merville - Brasserie du Pays Flamand
16567
post-template-default,single,single-post,postid-16567,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

L’aventure de la brasserie du Pays flamand devrait se poursuivre à Merville

L'indicateur des Flandres

On l’a connue (très peu de temps) hazebrouckoise avant sa réelle implantation à Blaringhem en 2009. Bientôt la brasserie du Pays flamand devrait prendre ses aises à Merville.

Le conseil communautaire de jeudi dernier a été l’occasion d’annoncer « une arrivée prestigieuse » à Merville, sur l’ancien site Engrais Nord France. À peine créée route de La Gorgue, la nouvelle zone d’activité de la Rivière d’or a su séduire la brasserie du Pays flamand. Olivier Duthoit et Mathieu Lesenne ont su développer leur brasserie au point d’être à l’étroit dans leur bâtiment de Blaringhem. Impossible d’agrandir sur place. Les deux patrons de la brasserie du Pays flamand ont dû se résoudre à aller voir ailleurs. « Nous ne fermons pas le site de Blaringhem. Notre projet est de construire une deuxième brasserie pour accompagner la croissance de la demande d’Anosteké », détaille Mathieu Lesenne. À la naissance de leur projet en 2009, ils ont longtemps cherché à Hazebrouck, sans trouver un terrain qui convienne. Le développement de leur brasserie devrait maintenant se faire en Flandre-Lys. « L’assainissement est un impératif important pour nous », poursuit Mathieu Lesenne.

Merville avait un atout de taille : la station d’épuration de l’ancienne usine textile Traitex. «Cette société de Blaringhem cherchait un terrain de trois hectares », explique Bruno Ficheux, président de la CCFL. « L’activité de la brasserie génère des eaux usées. Ils pourront se raccorder directement à cette station d’épuration grâce à un forage sous la Lys. Créer leur propre station aurait coûté 300 000 euros, alors que le coût du raccordement est estimé entre 70 000 et 100 000 euros. Ça a fait pencher la balance en faveur de Merville ! »Olivier Duthoit et Mathieu Lesenne envisageraient un investissement de 2 millions d’euros, selon le président de la CCFL.

Prudents, les dirigeants de la brasserie du Pays flamand se donnent maintenant du temps pour faire aboutir leur projet. La recherche du terrain étant terminée, ils vont passer à l’étape numéro 2 : le plan de financement.